Classe ou Crasse : toutes les chroniques du Classe au Crasse

Retrouvez l'ensemble des chroniques de Classe ou Crasse, du meilleur au pire...

 
10 

The Beatles – White album (1968)
"Un disque de trop" ???
 

Blur – Best of (2000)
50 ans de carrière pour le prix d'un siècle d'ennui : le best of de Charles Aznavour vous attend dans les bacs

Franz Ferdinand – Franz Ferdinand (2004)

Il n'hésita pas à jouer des poings selon une vieille tradition britannique. 

Franz Ferdinand – Love & Destroy (2004)
"Margarita, love and destroy" : un refrain qui vous permettra de mémoriser les 3 étapes d'une soirée réussie, 

The Libertines – The Libertines (2004)
Des duos électrisants, des leaders beaux comme des Dieux…  

 
9,5
 
 

The Beatles – Abbey Road (1969)

La déliquescence du collectif n'a jamais été aussi         tangible                                                                                                             

The Dandy Warhols – 13 tales from Urban Bohemia (2000)
Chef d'œuvre mésestimé 

The White Stripes – De Stijl (2000)
J'ai déjà beaucoup parlé des White Stripes 

The Strokes – Is this it (2001)
Plus amateurs de grosses guitares que de cloches alpestres. 

The Libertines – Up the bracket (2002)
Pete Doherty chante à peu près aussi bien qu'un hooligan à la sortie d'un pub le Vendredi soir  

The White Stripes – Elephant (2003)
Un disque capable de réconcilier les bobos underground, les paternels rétrogrades et les immondes Jacky-Casquette   

The Arcade Fire – Funeral (2004)
"Funeral", 1er album si novateur, si frais, pose ses jalons sur des instruments un peu "chelous" 

The Arcade Fire – Neon Bible (2007)
Désir forcené de singularité

9
 
 

Muse – Showbiz (1999)
Beuglez dans un mégaphone, prenez vous pour Beethoven 

Morcheeba – Parts of the process (2003)
La voix de Skye Edwards  charme plus que jamais 

Graham Coxon – Happiness in magazines (2004)
Une violente accusation portée contre l'inertie du troupeau humain 

Keane – Somewhere only we know (2004)
A vous faire regretter pendant 3'38 toutes les horreurs que vous avez écrites sur eux dans la rubrique "Nullités crasses" 

Franz Ferdinand – You Could Have It So Much Better (2005)
La voix mélodieuse d'Alex Kapranos donne furieusement envie de se trémousser, même dans un métro bondé aux relents de vestiaires de foot 

HushPuppies – The Trap (2005)
Comme quoi propagande et bon goût ne sont pas incompatibles 

Kaiser Chiefs - Employment (2005)
Passer à côté d' "Employment" reviendrait à oublier de manger la pêche d'une pêche melba 

Graham Coxon –– Love travels at illegal speeds (2006)
Guitariste binoclard de Blur 

The Long Blondes – Someone to drive you home (2006)
Une croqueuse d'hommes sans scrupules 

The Strokes – First impression of earth (2006)
"Musique de riches, jouée par des riches" 

White Rose Movement – Kick (2006)
Laissez mijoter dans un club enfumé des bas-fonds de Londres et revenez chercher votre mixture aux environs de 4 heures du matin

8,5
   

The Kills – Keep on your mean side (2003)
Un charisme dangereusement séduisant 

The Strokes – Room on Fire (2004)
Trois tours consécutifs dans la Toupie de la Mort du Parc Astérix 

Art Brut – Bang Bang Rock'n'roll (2005)
Un chanteur fort en gueule 

Clap Your Hands Say Yeah – Clap Your Hands Say Yeah (2005)
A mi-chemin entre les grincements d'une porte rouillée et les geignements d'un puma blessé 

The Rakes – Capture/Release (2005)
Vous aimez Bloc Party et les belles fringues ? 

Travis – 12 memories (2005)
Travis se rebelle autant qu'un panel de sénateurs UMP 

CSS – Cansei de Ser Sexy (2006)
J'imagine cette paillote enchantée, au bord des flots turquoise 

Gossip – Standing in the way of control (2006)
Amateurs de top models aphones s'abstenir 

Sean Lennon – Friendly Fire (2006)
Comme si une belle voix ou un beau coup de pinceau pouvaient se transmettre de génération en génération 

Wolfmother – Wolfmother (2006)
Improvisations démentes, gilets en peau de mouton, poses extatiques 

The Bishops – The Bishops (2007)
Tout droits sortis d'une cave hambourgeoise 

Clap Your Hands Say Yeah – Some Loud Thunder (2007)
Une liberté artistique autorisant toutes les formes d'expression, même les plus laides

8
   
 

Manic Street Preachers – This is my truth, tell me Yours (1998)
Changement radical   

The White Stripes – The White Stripes (1999)
Les églises ne se prêtaient aucunement à ses solos démoniaques 

Muse – Origin of symmetry (2001)
Matthew Bellamy ne se contente pas d'une petite vie peinarde avec deux gosses, un labrador et une Renault Modus 

Kasabian – Kasabian (2004)
L'œil imbibé et le chapeau bancal   

The Killers – Hot Fuss (2004)
Toutes ces simagrées laissent songeur  

The Kills – No wow (2005)
Ces deux là flanqueraient une frousse mémorable à l'ourse Palouma   

The White Stripes – Get behind me Satan (2005)
Jack White  s’empare d’un instrument qui lui sied a priori aussi bien qu’une cornemuse à Eminem 

The Datsuns – Smoke & Mirrors (2006)
A quoi pense parfois ce salaud de succès ? 

Dirty Pretty Things –Waterloo to anywhere (2006)
Rien de nouveau sous le soleil 

Kaiser Chiefs – Yours Truly, angry mob (2007)
Un truc aussi génial que crétin 

Klaxons – Myths of the near future (2007)
Des sous Arctic Monkeys bigarrés

7,5
  
 

The Beatles – Sgt Pepper's lonely hearts club band (1967)
D'aucuns argueront que je ne connais rien à la musique   

Travis – The invisible band (2001)
Discrets jusqu'au manque flagrant de charisme 

Guillemots – Through the windowpane (2006)
Chaque note est pensée, soupesée, travaillée 

The Good, The Bad & The Queen – The Good, The Bad & The Queen (2007)
Dénué de l'étincelle de vie capable de me charmer

7
 
  

Archive – Noise (2004)
6 minutes et des brouettes par titre, c'est parfois un peu trop   

Interpol – Antics (2004)
Laisse simplement amer et songeur 

BabyShambles – Down in Albion (2005)
Se fredonne de préférence accroché à un réverbère, les yeux imbibés ouverts sur le vague  

Caesars – Paper tigers (2005)
Réserve typiquement scandinave 

Starsailor – On the outside (2005)
Félicien le boute en train s'est endormi à cause de ce disque  

Arctic Monkeys – Whatever people say I am, that's what I'm not (2006)
Il sent encore un peu le tabac froid  

Arctic Monkeys – Who the fuck are Arctic Monkeys ?  (2006)
Un jeune homme aux allures de crevette maladive 

Kasabian – Empire (2006)
Virée fructueuse aux Pays-Bas 

Ben Kweller – Ben Kweller (2006)
Celui-là n'a pas l'air bien méchant 

The Raconteurs – Broken Boy Soldier (2006)
Son illustre ami 

The Rapture – Pieces of the people we love (2006)
Genre musical plutôt abscons 

Scissor Sisters – Ta-Dah (2006)
Tous les fantasmes inavoués (inavouables ?) des drogués de la boule à facettes

6,5
  
 

U2 – Best of 1980 – 1990 (1998)
Merveilleuse saga humaniste   

Coldplay – Parachutes (1999)
Entrecoupé de passages aussi ennuyeux qu'un brainstorming en suédois 

The Dandy Warhols – Welcome to the monkey house (2003)
Blips-blips invasifs et aseptisés 

The Kooks – Inside in/Inside out (2006)
Meilleur groupe depuis les Arctic Monkeys 

The Horrors – Strange House (2007)
Disons le franchement : Strange House est laid

6 
 

Robert Post – Robert Post (2006)
Peut être présenté sans problème chez Ruquier à 19h

5,5
   

Nada Surf – Let Go (2003)
Caméléon sonore 

KT Tunstall – Eye to the telescope (2004)
une guitare vous avantagera bien plus qu’un Wonderbra 

Box Codax – Only an orchard away (2006)

Sur un air de samba, une voix ressemblant étrangement à celle d'Homer Simpson récite un texte sans queue ni tête 

Charlotte Gainsbourg – 5:55 (2006)
Elle n'embête personne   

The Rakes – Ten New Messages (2007)
Le succès, cet assassin de spontanéité

5
   

The Futureheads – News & Tributes (2006)
Bof, c'est pas mal

 
4,5

 

Muse – Absolution (2003)
Si le Viet-Cong avait eu en sa possession le bruyant "Apocalypse please", celle-ci aurait été évitée

 

Bloc Party – Silent Alarm (2005)
La grosse sauterelle mécanique

 

The Dead 60's – The Dead 60's (2005)
Vos Vans à damiers peuvent se réjouir

 

4

 
 

Gorillaz – Demon Days (2005)
Furieusement tendance jusqu'à ce que vous mesuriez réellement l'horreur de la chose  

 

Muse – Black holes & Revelations (2006)
Ne manquent plus que les youyous et les castagnettes

 

Bloc Party – A weekend in the city (2007)
Tant de platitude devrait assurer au groupe une place de choix  sur les ondes hertziennes, bien au chaud à coté de Razorlight

 

3,5
 
 
   

The Futureheads – The Futureheads (2004)
Boules quies vendues séparément   

The Killers – Sam's town (2006)
"Up the bracket" et "Is this it ?" peuvent dormir sur leurs 2 oreilles

3
 
 

Richard Ashcroft – Keys to the world (2005)
40 minutes empreintes d'un romantisme geignard à faire passer Thom Yorke  pour un boute en train   

Keane – Hope & Fears (2006)
Jamais la perfide Albion n’aura autant mérité son surnom

2,5
   

Coldplay – X&Y (2005)
Ces 4 garçons se moqueraient-ils de nous, attablés devant leur tofu quotidien ?

2
 
 
Hard-Fi – Stars of CCTV (2006)
Ils ne comptent pas disparaître après la pleine lune, et c’est bien là le problème


En cas de lien raté, n'hésitez pas à venir vous plaindre !