Quel chef êtes vous ?

Publié le par Alex la Baronne

Grrr… Chtif m'a précédée… Car moi aussi j'aime bien classer mes chroniques. L'autre jour, je relisais mon article, "Quel rocker êtes-vous ?". Et comme je trouvais ce test plutôt marrant, j'en ai concocté un deuxième… Alors, quel chef êtes-vous ?

1)     Quel est votre niveau de cheferie ?

A)    Tel Bruce Springsteen, vous êtes le Boss, le vrai. Vous êtes craint et respecté. Vos employés n'oseraient même pas tituber sans votre autorisation, même après avoir sifflé une pleine bouteille de Jack Daniels.

B)     Vous n'avez pas le droit d'être chef, mais vous en avez pourtant les compétences.

C)    Vous avez le droit d'être chef, mais vous n'en avez pourtant pas les compétences.

D)    Vous êtes super balaise, et ceci sans même vous forcer. Cependant, vous vous situez à un niveau légèrement inférieur à votre valeur réelle. La faute au titulaire de la réponse A), qui freine des 2 pieds votre progression par jalousie. En fait, vous vous en foutez un peu.

E)      Vous n'êtes pas ou plus vraiment chef. Il fut un temps où vous auriez pu l'être, mais un léger incident (grosse fâcherie) avec le titulaire de la réponse A) a relégué vos espoirs de promotion au placard.

 

2)     Qu'en est-il de vos relations avec vos employés ?

 

A)    Vous avez dressé un top 50 exhaustif de vos employés. Ledit classement repose sur des critères subjectifs, mais qu'importe, c'est vous le chef. Vous citez en exemple les plus méritants aux plus nuls et inversement. La plupart du temps, vous ne vous souvenez pas de leur prénom. Vous les appelez alors par le nom du dernier contrat qu'ils ont décroché.

B)     Vous vous fiez au classement de A) et agissez en conséquence.

C)    Les plus sympas ont la décence de ne pas rire de vous devant vous.

D)    Ils vous aiment bien et inversement.

E)      Vous n'avez plus d'employés car vous avez flanqué la frousse de sa vie au dernier avec votre humour noir.

 

3)     Quels sont vos horaires de travail ?

 

A)    Vous arrivez avant tout le monde et repartez après tout le monde. La faute à ces enfoirés du tertiaire qui vous emmerdent avec toutes ces formalités. Si au moins ces dindes de secrétaires n'étaient pas aux 35 heures. D'ailleurs, avec vous, elles n'y sont pas.

B)     Comme A). Mais si on y regarde de plus près, vous y êtes aux 35 heures, vous.

C)    Votre réveil n'a pas sonné et vous vous êtes levé à 11 heures. Cool, la pause déjeuner est dans une demi-heure.

D)    Les horaires de travail de vos employés, vous vous en fichez autant que des vôtres, tant que le boulot est fait correctement.

E)      Vous êtes souvent sur votre lieu de travail à des heures indues. Vous appelez avec le téléphone du boulot vos potes à Wellington pendant 2 heures histoire de maudire monsieur A).

 

4)     Des loisirs ?

 

A)    Quels loisirs ? L'important c'est la boite et le fric qu'elle engendre. Après, vous ne crachez pas sur quelques vacances à Tignes l'hiver et à Deauville l'été.

B)     Avec modération.

C)    Solitaire et démineur le jour, TV le soir.

D)    Vous avez une vie sociale normale, des copains et tout le tintouin. Vous faites aussi du sport. Rien à redire. Vous avez même des loisirs au boulot car c'est toujours vous qu'on envoie présenter une conférence aux Bahamas.

E)      Vous envoyez en douce des demandes de mutation ou des CVs à la concurrence.

 

5)     Et votre vie sentimentale ?

 

A)    Vous avez une femme, une maîtresse, 2 (+1) gamins, un labrador et une BMW.

B)     Vous en êtes très satisfait. Vous avez une femme gentille (un mari gentil) et des gosses gentils. Ils regrettent juste que vous ne soyez pas plus souvent à la maison. Mais que veulent-ils, le boulot vous appelle.

C)    Vous en êtes très satisfait. A la suite d'une opération dite "de la dernière chance", vous vous êtes trouvé une femme (un mari). Et vous avez eu avec elle (lui) de gentils gamins.

D)    Tout comme votre vie professionnelle, c'est une réussite. Votre femme (votre mari) et vos gamins sont sympas et intelligents de surcroît. Ou alors, vous êtes un(e) célibataire glorieux(euse)

E)      Que vous soyez célibataire ou divorcé(e), quelque chose a lamentablement foiré. La faute à votre caractère de cochon, encore une fois.

 

6)     Tartempion vient d'être promu. Il a organisé un buffet pour célébrer l'évènement. Que faites-vous ?

 

A)    Un couteau en main, vous tapez sur un verre en cristal et réclamez un silence absolu. Ensuite, vous vous félicitez d'avoir si dynamiquement promu Tartempion.

B)     Tartempion, c'est vous. Et cette foutue promotion, vous l'attendiez depuis 20 ans. Autant la fêter dignement, non ?

C)    Vous vous jetez sur le buffet comme un sanglier puis picolez comme un âne. Tout le monde vous regarde et murmure dans votre dos. Vous passez l'après-midi à cuver devant une partie de démineur.

D)    Vous faites comme C) mais personne ne le remarque.

E)      La promotion de ce fayot de Tartempion, vous vous en tapez le cul par terre. Vous mangez un vieux sandwich chez vous en écoutant les Pixies à donf pour emmerder vos voisins.

 

7)     Il va falloir virer Machin…

 

A)    Vous faites votre grand numéro paternaliste et lui donnez même des cartons. Puis vous soupirez tristement : la prochaine fois, ça sera enfin E).

B)     Machin n'avait qu'à travailler plus.

C)    Vous soupirez de soulagement. Car Machin, ça aurait très bien pu être vous.

D)    Vous n'étiez pas d'accord avec A). Du coup, vous recommandez Machin auprès d'un de vos copains d'une boite concurrente.

E)      Vous hésitez à aller donner votre démission par solidarité avec Machin. Avant de vous raviser au dernier moment.

 

8)     Un grand séminaire est organisé dans votre entreprise et il faut préparer 100 Litres de café…

 

A)    Vous bombardez au hasard un innocent subalterne "responsable café". Cette désignation effectuée, vous lui foutez grave la pression, sans jamais dire "s'il vous plait" ou "merci". Et comme il risque d'y avoir une pénurie au niveau du buffet, vous lui enjoignez de ne pas trop se goinfrer.

B)     Vous avez un dossier important à boucler. Le café, d'autres peuvent très bien s'en charger.

C)   La cafetière de Tartempion gît à vos pieds, en miettes. Vous vouliez bien faire pourtant.

D)    Vous passez la tête par la porte caféinée et faites votre sourire le plus exquis. "Si vous voulez, je peux envoyer Machin et Truc pour vous filer un coup de main".

E)     C'est encore vous qui vous tapez la préparation de ce putain de café. Et comme vous en buvez autant que vous en faites, vous vous retrouvez tachycarde pendant ce putain de séminaire.

 

9)     Tiens, tiens ! Vous venez d'avoir une idée !

 

A)    OK, ce n'est pas vraiment votre idée. Mais vous aimez bien le communisme unilatéral. Les idées de vos employés sont les vôtres.

B)     A) était super content quand vous lui avez soumis cette idée. Mais il n'en a plus jamais reparlé.

C)    Cette idée vous semble géniale mais vous avez quand même un doute. Du coup, vous allez voir votre subalterne pour lui demander confirmation, et surtout pour être sûr de ne pas l'oublier (l'idée, pas le subalterne). Peine perdue, votre idée s'est révélée foireuse.

D)    L'idée, c'est vous. La réalisation, c'est votre employé. Ca marche du feu de Dieu, comme d'habitude.

       E)      Vous gardez l'idée pour vous dans l'espoir secret de la faire breveter un jour.

 

10) Aïe, aïe, aïe !!! Les sirènes retentissent, les portes coupe-feu se ferment. C'est l'alerte incendie !

 

A)    Vous alpaguez le premier subalterne qui passe et l'enjoignez d'évacuer vos effets personnels, dont votre frigo.

B)     C'est la panique absolue. Vous tournicotez dans tous les sens et plongez dans les flammes au péril de votre vie pour récupérer la photocopieuse flambant neuve.

C)    A califourchon sur votre extincteur, vous ressemblez étrangement à Don Quichotte chevauchant Rossinante. Car il n'y a pas de feu. Vous avez juste oublié de lire le mail précisant qu'il s'agissait d'un simple exercice.

D)    Vous attrapez vos effets personnels et sortez très calmement. Votre bureau avait besoin d'une rénovation de toute façon.

E)      Vous regardez les flammes lécher la porte de votre bureau. Histoire de faire chier Monsieur A), vous allez mourir.

 

Vous avez une majorité de A) :

 

Vous êtes la terreur de l'employé lambda, l'acmé de l'employé brillant. En despote mal éclairé, vous régnez à l'ancienne, sans conteste et sans réflexion.  Seuls les plus laborieux trouvent grâce à vos yeux, car ils bossent beaucoup mais ne vous menacent pas. Indifférent au bien-être de votre staff, vous exigez des résultats, de du fric, des résultats, des rentrées d'argent, des résultats et du pognon. Néanmoins, malgré un orgueil très présent, vous savez mangez la main d'un plus gradé que vous. Méfiez-vous. Tout cela pourrait bien vous retomber sur la gueule.

 

Vous avez une majorité de B) :

 

Qu'importe la boite et son patron : vous avez la Foi. Totalement dévoué à votre noble tâche, vous êtes la coqueluche de votre boss, vous, l'acharné laborieux. A force d'assiduité, vous avez bien fini par atteindre une position correcte mais quelque chose vous freine, et vous ne savez pas quoi. Qu'importe, votre esprit d'entreprise indéfectible vous empêche de trop y penser. Côté relationnel, certains de vos collègues vous trouvent un peu fayot avec le boss, mais votre enthousiasme professionnel fait tellement plaisir à voir qu'ils vous aiment bien quand même.

 

Vous avez une majorité de C) :

 

Ouh là ! A croire que c'est une tradition. Qui n'a pas dans son entreprise un incompétent notoire, cette mascotte à vocation défoulatoire ? Sous une pluie de quolibets et de surnoms peu aimables, vous n'accomplissez pas votre devoir et vous vous en tapez. Oh, vous êtes sympa dans le fond, mais travailler avec vous équivaut à se trimballer avec un boulet en fonte à chaque pied. Qu'importe, suite à un délicieux malentendu, vous avez été promu. C'est votre femme qui va être contente.

 

Vous avez une majorité de D) :

 

Alors là, c'est la grande classe. Vous appartenez en effet à la grande dynastie des m'en foutistes délégatifs. Votre premier patron, un m'en foutiste délégatif, vous a transmis son pouvoir héréditaire au cours d'un rite initiatique particulièrement instructif. Cet enseignement vous a permis d'acquérir par vous-même des compétences et une indépendance remarquables, pour devenir vous-même un m'en foutiste délégatif. Même s'ils vous trouvent parfois exaspérant de légèreté, vos employés vous aiment bien, car ils apprennent beaucoup à votre contact et peuvent toujours compter sur vous pour les sauver. Enfin, quand vous êtes là. Car on vous envoie toujours aux 4 coins du monde pour représenter votre entreprise. Veinard, va.

 

Vous avez une majorité de E) :

 

Et merde. Vous étiez bien parti, pourtant. Placé sur l'autoroute du succès, vous êtes entré de plein fouet en collision avec un bulldozer conduit par un despote mal éclairé. Du coup, vous êtes devenu un Che, un authentique dissident. Cette catastrophe aurait peut-être pu être évitée si vous aviez été un chouïa moins borné … euh, pardon, rien. C'est assez triste, car vous êtes souvent quelqu'un de charmant, enfin, quand vous avez suffisamment le moral pour le montrer. Empêtré dans une situation bourbeuse, vous vous êtes mis tout le monde à dos et seule une mutation arrangera les choses. Courage.

Publié dans Bla Bla divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex la Baronne 03/02/2007 15:05

Le A n'est pas mon chef mais je connais un A... Mon chef est un D et il y a au moins une personne de chaque catégorie dans mon labo !

Chtif 02/02/2007 21:58

Excellent article, Alex.Laisse-moi deviner : ton chef est un A ?bon, moi je suis  plutôt du côté des C surtout quand y'a un pot.

Alex la Baronne 01/02/2007 16:01

Tu ne te pendras pas. Enfin, pas avant le concert de Vénus. (héhéhé)

Ouss 01/02/2007 15:30

Marchera pas: la différence est trop flagrante.Je n'ai plus qu'a me pendre.
Adieu
Non, mes manieres sournoises ne me laisseront pas tomber ! J'arriverai a mes fins... Gnark gnark gnark...

Alex la Baronne 01/02/2007 14:16

Pour la base de données de ta chef, fais lui croire que c'est la sienne à laquelle tu as juste rajouté un petit mini truc de rien du tout.Alexandra, conseillère en communication (qui aurait cru qu'un jour j'oserais écrire ça ?)