The Dead 60's - The Dead 60's (2005)

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 4,5/10


Vos Vans à damiers peuvent se réjouir. Confinées depuis 20 ans dans un placard, les voici à nouveau au goût du jour. La faute aux Dead 60's, une formation ska fortement inspirée par Madness et consorts. Cette surprenante orientation musicale s'accompagne en outre d'un déni prononcé des origines du groupe. En effet, ces 4 liverpooliens désirent par-dessus tout se démarquer des Beatles, encore prononcée d'un nom choisi en cheminant sur Penny Lane illustre bien une certaine overdose de légendaire. Plus curieux encore, ce premier album éponyme sortit aux USA avant d'être réalisé en Angleterre. Tout un symbole, même si la version américaine du disque contient un système anti-piratage relevant justement du hacking, au point de limiter le succès du groupe outre-atlantique. Fort magnanimes, les Dead 60's révisèrent leur stratégie marketing et permirent aux chanceux européens d'écouter un disque vierge de tout programme espion. Ce protectionnisme exacerbé n'incite pas à l'indulgence, à l'heure où le P2P constitue un excellent moyen de découvrir pléthore d'excellents groupes, dont les Dead 60's ne font assurément pas partie.

Décliné en 2 versions fort différentes de part et d'autre de l'Atlantique, cet opus se révèle plus que moyen, excepté l'introductif "Riot radio" et son riff plein d'un peps imparable.  Quelques autres bons moments, notamment l'instrumental "Soul survivor" et un "Ghostfaced killer" très semblable à "One step beyond" de Madness, viennent meubler un gloubiboulga puk-ska-reggae visant à péniblement remplir 35 minutes d'un disque poussif et globalement dispensable. Comparés aux Clash par quelques journalistes peu inspirés, les Dead 60's semblent au contraire peu inspirés et se perdent dans des chansons répétitives ("Red light", "Train to nowhere") et bien vite lassantes. A ce tarif là, mieux vaut écouter Madness pour se payer une bonne tranche de rigolade devant leur look exceptionnel, que leurs faibles successeurs n'ont même pas la convenance d'arborer.

 

Classe : "Riot radio"

Crasse : "We get low"

Publié dans Nullités crasses

Commenter cet article

Alex la Baronne 04/11/2006 14:21

Oui, à la première écoute j'ai eu l'impression d'écouter un truc tout mal fait, tout saturé, avec un chanteur braillard... Ce n'était pas très agréable mais j'ai heureusement changé d'avis !

Thom 04/11/2006 12:08

Tu as détesté les Strokes à la première écoute ?
Ah ça c'est marrant, moi c'est l'inverse, c'est après que j'ai vu les petits défauts...

Alex la Baronne 04/11/2006 11:50

Chtif : oui c'est tout à fait vrai ! Comme pour les Strokes, que j'ai détesté à la première écoute :-) !

Alex la Baronne 04/11/2006 11:48

Oui exactement, et après quand tu n'as plus de place sur les étagères, tu te retrouves à mendier sur Amazon pour qu'on te rachète le disque !

Tireboulette 04/11/2006 10:20

Comme bien du monde, à la première écoute dans le petit magasin de disques au bout de ma rue, puis à nouveau at home, cet album m'est apparu comme une chouette nouveauté ; un poil de ska sur la batterie, ça nous changeait un peu de la pop-rock envahissante du moment. Mais finalement, The Dead 60's n'ont pas trouvé de charisme dans leurs Vans pour Noël ce qui m'engage plutôt à remiser le disque par devers moi... Arf, enthousiasme trompeur, quand tu tiens notre porte-monnaie...