HushPuppies - The Trap (2005)

Publié le par Alex la Baronne

HushPuppies – The Trap (2005)

 

Note album : 9/10

 

La nouvelle scène parisienne en défaille encore de jalousie. Malgré les lancinants efforts de Rock&Folk, prêt à sacrifier mensuellement une double page pour vanter leurs mérites, les Naast, Second Sex et autres clones avortés des Libertines se sont fait damer le pion par un quintette perpignanais capable d'enflammer là où les autres paradent. Beaux joueurs, Manœuvre et consorts prirent bien vite les HushPuppies sous leur aile relationnelle, conscients de tenir l'épine dorsale d'un rock français enfin valide. Comme quoi propagande et bon goût ne sont pas incompatibles.

 

"The trap". Totalement vide, cette piste baptise pourtant l'album. Un paradoxe entièrement justifié, tant ce premier opus évoque une chute vertigineuse, un basculement fulgurant vers un rock garage anglophone d'une authenticité jubilatoire. Aussitôt la touche play pressée, l'intensité instinctive du groupe saute à la gorge avec "1975", préambule idéal du rageur "Packt up like sardines in a crushtin box". Indéniablement, l'ombre de Graham Coxon plane sur "You're gonna say Yeah !", qu'on imagine sans peine repris en chœur par des rédacteurs du NME, persuadés de tenir enfin LE vrai phénomène britannique. Ensuite, place à une orgue suranné pour "Marthelot 'N' Clavecine", une demi-ballade à deux voix, construite sur le même schéma que le magnifique "Sorry so", achevé dans une accélération finale de toute beauté. Fort d'une variété rare, le quintette martèle un "Pale blue eyes" digne des Ramones avant de filer vers l'explicite "Bassautobahn", qui transporte en pleine nuit sur une autoroute rectiligne bordée de lampadaires blafards défilant à toute allure. Plus loin, les ennemis irréductibles de Lewis Carroll se laisseront séduire par un "Alice in wonderland" optimiste et urgent. Arrivé au 11è titre, la panne sèche de compliments menace, tout comme le risque de tomber dans la flatterie pompeuse. Disons simplement que "You and me" est la meilleure chanson du disque.

 

Puis vient cette fichue trappe. La première fois, je n'ai pas compris. J'ai désespérément augmenté le volume de ma chaîne, l'ai copieusement insultée, ai beuglé "Encore !" d'un ton suppliant. Rien à faire. 2 minutes 30 d'un vide poussé interrompu par le final "Automatic 6" et son chant de crooner.

 

La trappe se ferme encore. Définitivement, cette fois. Fin du spectacle. A quand le prochain ?

 

Classe : "You and me"

Crasse : "Comptine"

 

Super cadeau : la video de "You're gonna say yeah !". Ressemble un peu au clip de "Charmless man" de Blur…

Publié dans Pop rock classe

Commenter cet article

Chtif 12/10/2006 22:26

ah, t'es de Rouen, Thom ? (enfin, que je dise pas de bêtises... ils étaient bien de Rouen les Dogs ?)

Alex la Baronne 23/09/2006 18:32

Ne t\\\'en fais pas ! J\\\'avoue que là tu m\\\'apprends quelque chose !

Thom 23/09/2006 17:51

Hum...oui enfin les Dogs, Little Bob et les trois quarts des groupes de l'explosion punks étaient normands tout de même (et on ne dit pas de mal des Dogs, c'était des potes - leur guitariste habite quasiment en face de chez moi (enfin leur ex-guitariste))

Alex la Baronne 23/09/2006 12:38

Ah, je pensais plutôt à l'Alsace...Attends,  les Colmar Tapes, une  compil des groupes locaux, vient de sortir !  La super classe !

Thom 23/09/2006 12:13

Hum...oui, c'est vrai que dans le temps il y avait la rubrique La Ville en Rock, c'était plutôt sympa...
En plus, et je ne dis pas ça par chauvinisme, tout le monde sait que la région rock n'roll par excellence dans ce pays, c'est la Normandie :-)