Chansons ensoleillées

Publié le par Alex la Baronne

Chansons ensoleillées

 

Que reste-t-il de l'été ? Emmitouflée dans mon plaid à carreaux, le teckel coupe courant d'air impeccablement calé sous la porte*, je regarde le flamboyant automne roussir les forets alsaciennes**. Heureusement, quelques titres ensoleillés viennent à point pour réchauffer mes oreilles rougissantes.

 

1.      The Beatles – Here comes the sun (Abbey Road, 1969)

 

1969 sonne l'hallali pour les Fab Four. Rien ne va plus entre Paul Mc Cartney et John Lennon, empêtrés dans d'insolubles querelles de coq. De son côté, George Harrison compose une sublime ballade au titre prophétique : le soleil viendra pour lui et lui seul un an plus tard, lorsque parait son mythique album solo, "All things must pass".

 

2.      Oasis – Turn up the sun (Don't believe the truth, 2005)

 

Lorsque les frangins bourrins sortent "Don't believe the truth", plus personne ne croit en eux, pas même Léon, votre pote  artiste qui gagne sa vie en jouant "Wonderwall" dans le métro. Pourtant, cet opus apporte l'accalmie tant attendue dans un ciel discographique bouché depuis bientôt une décennie. Une heureuse surprise.

 

3.      Claude François – Le lundi au soleil (Le lundi au soleil, 1972 )

 

Composée par Patrick Juvet, helvète méchu le plus connu de l'univers, "Le lundi au soleil" permit à Claude François d'exprimer la pleine puissance de ses talents vocaux et discographiques. Nasillant et sautillant, l'homme au costume lamé argent livra un titre pyrogravé en lettres flamboyantes dans l'inconscient collectif français. La variété perdit un grand artiste en 1978. 28 ans après, les samedis soirs cathodiques ne s'en remettent toujours pas.

 

4.      Sunny – Bobby Hebb (Single, 1966)

 

"Sunny" se veut un message d'espoir. Ecrite par le chanteur soul Bobby Hebb après l'assassinat de son père, ce titre optimiste ne compte plus ses reprises. Cher, Ella Fitzgerald, James Brown, tous se sont laissé séduire. La version la plus fameuse n'en demeure pas moins celle de Boney M,, un classique mondial des soirées disco.

 

 

5.      Sunny afternoon – The Kinks (Face to face, 1966)

 

Sans doute le mythe 60's le plus méconnu en France. Déifiés au Royaume-Uni, cités en exemple par des générations entières de musiciens, des Who à Supergrass, les Kinks ne parvinrent jamais à s'exporter sous nos latitudes. Seul l'hédoniste"Sunny afternoon" sauta dans le ferry pour quelques minutes rêveuses en compagnie de Ray Davis, poète précurseur de la pop actuelle.

 

6.      Island in the sun – Weezer (Weezer, 2001)

 

Des choeurs 60's et un clip adorable propulsèrent les américains de Weezer sur le devant de la scène. Ce joli single sonne comme une pub pour les Knacki Herta : un retour aux choses simples aujourd'hui tristement dédaignées.

 

 

 

7.      U2 – Staring at the sun (Pop, 1997)

 

Après 4 ans d'absence, Bono - Mère Théresa – Florent Pagny nous revient avec "Pop",  un album disco – pop (justement…) assez original. Au grand désespoir de son compte en banque, le succès commercial boude ce disque pourtant bien meilleur que "Zooropa", son raté prédécesseur. "Staring at the sun" reste le single phare de cette période trouble aujourd'hui reniée en bloc par le groupe.

 

8.      Muse – Sunburn (Showbiz, 1999)

 

Morceau inaugural du superbe "Showbiz", "Sunburn" annonce clairement la couleur : Muse n'est pas un groupe comme les autres. Un piano classique, une voix hors du commun et des mélopées sombres feront tomber bien des fans. Certains ne se relèveront pas à l'écoute de "Black holes and revelations", dernier opus du groupe en date.

 

9.      The Libertines – Don't look back into the sun (EP, 2003)

 

Le vaisseau arcadien prend l'eau de toutes parts. Miné par ses addictions diverses, Pete Doherty se contente d'enregistrer ses quelques lignes de chant et laisse gracieusement Carl Barât se débrouiller pour le reste. Ce dernier achèvera le plus grand succès des Libertines avec "Don't look back into the sun", qui résonne comme un avertissement. Bien des rock stars se sont brûlé les rétines à contempler une gloire trop vite acquise.

 

10.  Black hole sun – Soundgarden (Superunknown, 1994)

Sorti peu après après le suicide de Kurt Cobain, le grunge "Black hole sun" frappe par ses paroles désillusionnées, au point d'avoir été censurée après les attentats du 11 Septembre. "Imagine" de John Lennon subira le même sort. Le temps était à la guerre, pas au doute et encore moins à la fraternité.

 

 

 

* Vous pouvez d'ores et déjà parier que le jour où cet article atterrira sur mon blog, il fera 28°C…

** OK, j'anticipe un peu…

 

Super cadeaux :

 

  • La vidéo d' "Island in the sun"  de Weezer pour les amis des bêtes…
  • La vidéo de "Black hole sun" de Soundgarden pour les nostalgiques du grunge. Une caricature assez cinglante des américains moyens…
  • La vidéo de "Sunny afternoon" des Kinks, visiblement tournée un matin d'hiver…
  • Et enfin, comme je n'ai pas pu m'en empêcher : la vidéo de "Don't look back into the sun" des Libertines. Pete et Carl volent leur propre disque sous le regard désolé de leurs compères…  

Publié dans Chansons à thème

Commenter cet article

Alex la Baronne 08/10/2006 12:14

Ne t'en fais pas, c'est fait pour ça !!!

Fab de l An Mil 05/10/2006 18:38

Et puis aussi I'll Follow The Sun des Beatles...
Oui, je vais continuer longtemps à venir te harceler à chaque fois que je pense à un titre de chanson contenant le mot sun!  ;-)

Alex la Baronne 24/09/2006 17:50

Merci beaucoup pour votre apport à cet article chère comtesse !!! Cela fait du bien de rencontrer d'autres aristocrates !

La Comtesse de Casablanca 24/09/2006 14:29

Article très ensoleillé auquel on a immédiatement envie de pariciper,chère co-aristocrate.Mes préférés sont Here comes the sun(très bonne version par Richie Havens) et Sunny Afternoon et Sunny(tout court).Et voici, mon grain de sel,mon grain de soleil:la magnifique guimauve des Walker Brothers(The sun ain't gonna shine any more) et le fabuleux Paper sun de Traffic.Bravo

Alex la Baronne 23/09/2006 16:01

Ah oui, c'est vrai :-) !!!