Arctic Monkeys – Who the fuck are Arctic Monkeys ? (EP, 2006)

Publié le par Alex la Baronne

Note EP : 7,5/10

 

Les Arctic Monkeys ont décidément l'ironie facile. Après "Whatever people say I am, that's what I'm not", 1er album au titre ô combien révélateur, les gamins de Sheffield reviennent avec un EP intitulé "Who the fuck are Arctic Monkeys ? "Une question qu'à première vue personne ne risque de se poser tant le groupe fait les choux gras de la presse musicale. Et pourtant, le mystère demeure. Comment un quatuor aussi hostile à l'industrie du disque a-t-il pu battre tous les records de vente ? Car malgré leur refus récurrent de se produire à la télévision et leur mépris ostensible des A&R men, cette caste britannique chargée de recruter les jeunes talents musicaux, les Monkeys ont imposé leur style désordonné avec un naturel désarmant. Sans doute la clef de cette fulgurante réussite.

 

Sorti en Avril 2006, cet EP honore dignement le quatrième extrait du déjà mythifié "Whatever people say I am, that's what I'm not", "The view from the afternoon". Dans la plus pure tradition arctique, le rageur "Cigarette smoker Fiona"et ses accords martelés viennent ensuite, ne profilant nullement la surprise imminente. Les derniers accords de ce morceau crachés, une guitare alanguie retentit pour une pause bien méritée. Alex Turner se fait crooner durant "Despair in the lounge", une agréable ballade. "No buses" poursuit dans la même voie apaisée, quelques tonalités jazz en plus. Plus subtiles, ces deux compositions dévoilent une maturité naissante, une interprétation mieux maîtrisée, même si la voix d'Alex Turner se prête assez mal à ces calmes exercices. Enfin, tels des pitbulls lâchés d'un chenil exigu, les garçons retrouvent tout leur mordant pendant le final "Who the fuck are Arctic Monkeys ?", qui rappelle indéniablement leur premier single, "Fake tales from San Francisco".

 

D'une continuité évolutive plaisante, cet EP fera honorablement poireauter les fans les plus zélés du groupe. Seul bémol : un artwork d'une laideur patentée. Sur le disque, un jeune homme aux allures de crevette maladive fixe d'un œil torve le futur auditeur. Les plus optimistes souligneront un progrès notable par rapport au tabagique invétéré garnissant la devanture de leur premier album.

 

Classe : "Who the fuck are Arctic Monkeys ?"

Crasse : "No buses"

 

Autres chroniques concernant les Arctic Monkeys sur ce blog :

 

·         Arctic Monkeys – Whatever people say I am, that's what I'm not

 

·         Concert des Arctic Monkeys, Eurockéennes de Belfort.

 

Super cadeau :

 

Commenter cet article

Alex la Baronne 19/09/2006 23:56

Bonne question... :-) ! Combien de temps cela a -t-il pris avec la clope de Paul Mc Cartney sur la pochette d' "Abbey Road" ? (question ouverte, je n'en ai aucune espèce d'idée !) 

Chtif 19/09/2006 23:40

Dans combien d'années sera censurée la cigarette du premier album, d'ailleurs...?