Gérard Miller ou le zapping facile

Publié le par Alex la Baronne

De toute évidence, passer à la télévision confère la science infuse, si l'on en croit les logorrhées suffisantes de Gégé le psy. Depuis des années déjà, ce dernier nous casse les pieds presque tous les soirs avec son politiquement correct à 2 balles. Pontifiant, dogmatique, pédant, son discours fleure bon l'absence totale de remise en question, le populisme bourgeois et la compassion méprisante d'un normalien imbu de ses doctorats et essais philosophiques. Force est de reconnaître que son érudition, aussi admirable soit-elle, ne le rend pas supportable pour autant.

Gérard n'argumente pas : il énonce ses vérités avec un petit sourire faussement indulgent, qui en dit long sur sa tolérance à la contradiction. En cas de résistance inattendue, les propos déplacés pleuvent. Une véritable campagne de diabolisation de l'adversaire, visant à éluder ses arguments. Malheur à un  jeune homme favorable au CPE, invité sur le plateau d'"On a tout essayé" : ses calmes explications ont exaspéré le psychanalyste. Une pancarte sur laquelle celui-ci a inscrit "le nouveau Sarkozy" a suffi à détourner le débat. Merci pour cette précieuse contribution et cette ouverture d'esprit.

Toutes ces simagrées sont d'autant plus regrettables que la lucidité et le répondant de la majorité des autres chroniqueurs de Laurent Ruquier en font une émission plutôt agréable à suivre. Les invités, pertinents pour cette heure de grande écoute, viennent souvent défendre un livre ou leurs idées avec beaucoup de conviction. Des moments assez rassurants dans une société où remporter la Star Academy constitue une fin en soi.

Publié dans Bla Bla divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex la Baronne 25/02/2007 16:05

Oui Alévêque m'insupporte également avec ses airs de bourru donneur de leçons... J'avoue que quand Ruquier propose un combo "Miller-Alévêque", regarder l'émission est au dessus de mes forces !

Albin 25/02/2007 14:45

Dans un autre genre, et parfois exaspérant aussi, il y a Christophe Alévêque. Ceci dit, Miller et Alévêque ne peuvent pas se blairer, ce qui rend l'émission parfois drôle.

Alex la baronne 21/07/2006 14:32

Ben tu sais, il faut bien que je bosse comme une vulgaire roturière. Mais bon, je le fais avec le désintérêt dû à mon rang : je suis stagiaire... Ce qui n'est pas super rock'n'roll non plus !

Chtif 21/07/2006 14:17

C'est sûr que baronne, c'est pas très rock'n roll comme taf...

Alex la baronne 21/07/2006 13:14

Il ne s'agit pas vraiment d'une forme d'obsession... Je n'en suis pas encore à cauchemarder du sieur Miller et à me réveiller l'oreiller couvert de morsures... Simplement, après une soirée où je l'avais encore vu pérorer, je n'ai pu résister à l'envie de lui tailler un beau costard tout neuf...
Quant à mes chimères, je les bénis, je les aime, car sans elles, mon activité professionnelle fort peu prenante serait un véritable gouffre de langueur. Au moins ne m'ennuie-je jamais avec moi-même...
Bien à vous  :-)