The Strokes - Room on fire

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 8,5/10

A coup sûr plus avisés que leurs confrères des transports ferroviaires spécialistes en slogans d'une ironie loufoque, les publicistes d'EDF ont réussi à populariser en France le titre "The end has no end", extrait du très attendu 2è album des Strokes. L'ombre d' "Is this it", son mythique grand frère, aura fortement desservi "Room on fire", désavoué par le public en dépit d'une acclamation quasi unanime de la presse.

Ce relatif échec trouve sa source dans un incontestable manque d'accessibilité, sans doute la principale faiblesse du groupe. A première oreille, ces 12 nouveaux titres s'apparentent à trois tours consécutifs dans la Toupie de la Mort du Parc Astérix. C'en est tout simplement trop. Trop de guitares. Trop de force dans la voix de Julian Casablancas. Trop de volume, tout simplement. La lassitude qu'engendre cette saturation pousse bien vite le profane à rester sur de premières impressions étouffantes. Une grave erreur cependant, car cet opus recèle de véritables trésors. Son écoute attentive et fragmentée dévoile une harmonie implicite, des solos de guitare ébouriffants, le tout servi par le son si original des Strokes.

Si d'aucuns ne manqueront pas de souligner un certain manque d'innovation, passer à côté de "Room on fire" se résume à refuser un repas à la tour d'Argent sous prétexte que l'on y a déjà dîné la semaine précédente. Outre l'excellent "The end has no end", "Reptilia" ou "Between love & hate" ne manqueront pas de séduire de nouveaux fans tout en ravissant les anciens. Quant aux très bons "Whatever happened ?" et" The way it is ", dont le son moins électronique fait mouche, ils viennent encore ajouter à l'inexplicable : pourquoi un tel manque de reconnaissance ?

Classe : "Whatever happened ? "

Crasse : "Under control"

 

 

Autres chroniques concernant The Strokes  sur ce blog :

Super cadeau :

Publié dans Pop rock classe

Commenter cet article

Alex la baronne 19/07/2006 09:20

J'avoue avoir laissé ma conscience au vestiaire pour les notes, mais parfois, celle-ci revient me titiller, ce qui me pousse souvent à rajouter un point à certains albums, sauf quand vraiment ce n'est pas possible (Keane...) !

Chtif 18/07/2006 18:19

en ce qui concerne les notes:
sur Sefronia, où je publie les chroniques au départ, j'ai un mal de chien à mettre une note "objective". En fait, j'ai aussi tendance à surnoter un album méconnu mais réussi, et à être très sévère avec les blockbusters, au regard des sorties précédentes du groupe concerné. Du coup, sur mon blog, j'ai préféré abolir ces notes, ça m'évite des crises de conscience pas possibles !!

Alex la baronne 17/07/2006 17:16

Merci du compliment ! Pour la note je me base en fait sur 2 critères... Tout d'abord je me positionne par rapport aux critiques. Par exemple, l'album des Arctic Monkeys a suscité un tel concert de louanges que j'ai été relativement déçue en l'écoutant, même s'il a bcp de qualités.... Puis il y a surtout le ressenti : l'album des Kaiser Chiefs n'est certainement pas parfait mais il a le mérite de me rendre heureuse pour la journée !
Bref, tout un bla bla qui se prend au sérieux pour dire que ma notation est pour le moins subjective !

Oliv. 17/07/2006 15:36

très bon article !! et en plus, tu fais un truc que je n'arrive pas à faire ... mettre une note !!

Alex la baronne 17/07/2006 13:40

Pas de problème pour "Is this it", la chronique est quasiment finie !
 Pour "Room on fire", la plupart de mes amis l\\\'ont beaucoup critiqué, d\\\'où cette chronique où j\\\'exprime ma surprise "bien légitime" ! C\\\'est pourquoi je nourris quelques doutes concernant la reconnaissance des Strokes, car, en France "profonde" (d\\\'où je viens) et également en Suisse, le groupe n\\\'est pas populaire du tout. Les gens ne connaissent pas ou n\\\'aiment pas... Et voir aux eurocks quelques 30000 personnes totalement indifférentes à leur musique m\\\'a un peu agacée, provoquant ainsi cette violente campagne de défense ! Cela dit, je préfère nettement que les Strokes ne fassent pas l\\\'unanimité, sinon ils n\\\'engendreraient que des discussions d\\\'un ennui phénoménal !