The Beatles - Abbey Road

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 9,5/10

Abbey Road. Tout le monde connaît sa jaquette mythique, qui éclipse presque un contenu pourtant haut en couleur.

 

Las de leurs disputes nées en 1968 avec l'album blanc, les Fab Four mirent de côté leurs égos virulents pour se réunir l'année suivante "comme au bon vieux temps". Toutefois, la lente déliquescence du collectif n'a jamais été aussi tangible que sur cet opus, littéralement écartelé entre ses 2 principaux créateurs. John Lennon et Paul Mc Cartney  tentent ici de faire bonne figure devant leur public, même si chacun semble se projeter dans son avenir solo. Ca et là, leurs comparses nous rappellent qu'il s'agit des 4 garçons dans le vent, et non pas d'un tandem siamois – bouledogue locataire du même panier. Les magnifiques "Something" et "Here comes the sun", titres de George Harrison, s'insèrent comme ils le peuvent dans la première  partie du disque, chasse gardée de John Lennon*. Toujours aussi créatif, ce dernier nous offre notamment le brillant "I want you (she's so heavy)", dont les changements rythmiques servent la redondance des paroles. La plupart des titres, souvent engagés ("Come together"), sont construits sur un schéma classique ("Because").

A l'opposé, Paul Mc Cartney, propose par la suite un medley de titres inachevés pour le moins inhabituel. Ce qui aurait constitué un raté retentissant avec quelqu'un d'autre évoque une promenade bucolique dans l'univers du célèbre bassiste. Avec une virtuosité diabolique les fragments s'enchaînent et forment un titre chimérique capable de faire tourner bien des têtes.

Malgré ce gouffre a priori infranchissable, "Abbey Road" conserve une certaine cohésion, de par sa nostalgie omniprésente ("Because", "Golden slumber").  Le monde de la musique n'a pas encore pas fini de pleurer les Beatles, séparés à leur apogée après une si courte carrière.

* Paul Mc Cartney y fait seulement une brève incursion avec "Maxwell’s silver  hammer" et "Oh darling"

Classe : "Something"

Crasse : "Maxwell’s silver hammer"

Autres chroniques concernant les Beatles sur ce blog :

Super cadeau :

Publié dans Pop rock classe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex la Baronne 01/12/2006 12:34

Oui, c'est marrant, car "The end" n'est pas la chanson de fin ! Merci de ta précision en tout cas !

Athalide 01/12/2006 12:24

Allez une autre précision pour faire aussi le malin : Her majesty qui clôt l'album était initialement inclu dans le medley puis Macca l'en a sorti, la foutu à la poubelle et c''est un ingénieur du son qui a récupéré la bande et l'a mis à la fin.Macca à l'écoute s'est dit : "tiens, bonne idée" et c'est resté !

Alex la baronne 03/08/2006 10:36

Ah tu ne fais pas du tout le malin, tu m'apprends quelque chose ! Il va falloir que j'écoute cela !

mxmm 03/08/2006 10:04

Deux remarques (pour faire le malin) : I want you (she's so heavy) a été repris par Noir Désir de fort lourde façon. J'adore les deux versions !Tout à la fin du disque, on entend quatre mini solos des Fab Four... signe de la fin.

Alex la baronne 14/07/2006 10:11

C'est vrai... Pour "Back in the USSR" j'avais également un doute : on ne dirait pas vraiment Lennon, mais on ne dirait pas Mc Cartney non plus !