The Libertines - Up the bracket

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 9/10

Lorsque le guitariste Carl Barât rencontre Pete Doherty dans une chambre glauque, il est bien loin de se douter que cela signe le début d'une extraordinaire aventure musicale. Et pourtant, en ce début des années 2000, ce duo attachant de songwriters va largement contribuer à ressusciter le rock, zone sinistrée depuis 5 bonnes années. Après avoir auditionné plusieurs musiciens, ils choisissent pour les accompagner John Hassall à la basse et Gary Powell à la batterie. The Libertines sont nés. Leur 1er single, "What a waster"/"I get along", se hisse dans les 40 meilleures ventes des charts anglais sans la moindre promotion. Surviennent alors les premières tribulations d'une sitcom qui en comptera bien d'autres et tiendra en haleine des milliers de groupies en débardeur rayé : à la suite d'une violente dispute, le groupe envisage de se séparer. De plus, une ancienne petite amie de Doherty souhaite le poursuivre en justice pour le peu flatteur "Horror show".  Heureusement, tout rentre dans l'ordre et "Up the bracket", produit par Mick Jones, le célèbre leader des Clash, sort en Octobre 2002. Malgré la vie dissolue de ces enfants terribles du rock, souvent critiqués pour leurs excès d’alcool et de drogues en tout genre, c’est un triomphe.

 

Cet album nous emmène dans l'univers débridé d'Arcadie, le monde imaginaire des deux célèbres co-leaders du groupe. A l'image de leur singles "Up the bracket" et "Time for heroes", la classe de leurs duos furieusement décadents parvient même à faire taire leurs plus féroces détracteurs, qui trouvent que Pete Doherty chante à peu près aussi bien qu'un hooligan à la sortie d'un pub le Vendredi soir. S'il est évident que la nouvelle coqueluche du Sun ne poussera jamais la chansonnette à la manière d'un Matthew Bellamy, l'intelligence et la finesse de ses textes plaide largement en sa faveur, comme en témoigne le magnifique "The good old days", touchant de sobriété. Les excellents "I get along" et "Boys in the band" viennent parfaire l'album d'un groupe indissociable du star system britannique comme le Titanic de son iceberg.

Classe : "The good old days" (et en bonus "Boys in the band")

Crasse : "Tell the king"  

 

 Autres chroniques concernant The Libertines  sur ce blog :

Super cadeau :

Publié dans Pop rock classe

Commenter cet article

Alex la Baronne 19/09/2006 11:57

Oui, c le genre de disques qu'il faut écouter plusieurs fois avant d'aimer... J'ai dû bien entendre "Horror show" 20 fois avant de l'apprécier !

mxmm 19/09/2006 11:50

J'avais pas accroché à l'époque. En fait, j'aime bien. Le côté débraillé me plait.

Alex la baronne 12/07/2006 17:11

Ah, c'est bon, il est apparu !!!

Chtif 12/07/2006 16:56

non, tu as raison, ça n'apparait que par intermittence. c'est over-blog qui merde bien aujourd'hui.
normalement ça devrait être bon, là... enfin chez moi c'est ok !
 
 

Alex la baronne 12/07/2006 16:49

Bon, on va faire dans le simple alors ! Par contre, je ne me suis pas vue dans tes liens (peut-être n'ai je pas fait attention !)