The Kills - No wow (2005)

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 8/10

Ces deux là flanqueraient une frousse mémorable à l'ourse Palouma. Entre les déhanchements morbides d'Alison Mosshart et le regard torve de son guitariste, jamais duo n'avait si bien porté son nom. Cependant, réduire les Kills à une bande de psychopathes serait faire fausse route, tant leur symbiose confondante saute aux oreilles tout au long de "No wow". On ne peut que louer l'engagement total de ce 2è album écrit, enregistré et produit en parfaite autarcie.

Si ce huis clos rappelle parfois un serpent se mordant la queue avec ses 11 titres obsessionnellement similaires, il ne manque pas de séduire par son anti-conformisme. Souvent persiflés pour leur manque de loquacité et leurs excès scéniques – lors d'un show non fumeur, la chanteuse a pris un plaisir manifeste à griller cigarettes sur cigarettes – la paire américano-britannique nous gratifie d'airs post punk de premier choix, notamment avec l'initial "No wow", aux paroles aussi acerbes que les riffs de Jamie Hince. Par la suite, chaque seconde plonge l'auditeur dans un univers suffisamment mal défini pour l'intriguer. Quelques moments plus calmes ("Rodeo town", "Ticket man") viennent interrompre un flot de rage ("Murdermile", "Love is a deserter") capable de faire déguerpir une colonie de fourmis tueuses prête à attaquer une hacienda. De toute évidence, un avenir radieusement sombre attend ces alter ego inversés des White Stripes, auxquels ils sont d'ores et déjà comparés.

  

Classe : "No wow"

Crasse : "At the back of the shell"

Super cadeau :

  • la video de "No wow", qui justifie la comparaison avec les White Stripes

Publié dans Pop rock classe

Commenter cet article