Robert Post - Robert Post (2006)

Publié le par Alex la Baronne

Note album : 6/10

Jusqu'à présent, le match musical entre la Norvège et la Suède , véritables frères ennemis séparés depuis 101 ans seulement, avait largement tourné à l'avantage de ces derniers. Abba et ses 300 millions de disques vendus ridiculisa A-Ha, duo capillairement filasse et artistiquement fugace des années 80. Lene Marlin souffrit la comparaison avec Nina Persson, la jolie chanteuse suédoise des Cardigans. La liste de ces cuisants revers pourrait continuer longtemps pour le pays des fjords, et évoquer le cas de Nightwish, formation lyrique métallisante à faire fuir les bourrins de Rammstein, n'ajouterait pas à sa crédibilité.

Enfin, en 2006, Robert Post parut, apportant avec lui l'éclaircie tant attendue dans le paysage musical norvégien. Avec cet album éponyme, l'enfant de Bergen nous emmène pour 45 minutes d'une ballade  au pays enchanté de la pop. Un pays plutôt mignon, qui peut être présenté sans problème chez Ruquier à 19h et qui ravira aussi bien votre maman que vous-même. Bien sûr, Robert Post pêche de temps en temps par la retenue propre aux Scandinaves ("There's one thing", "More more"), avec des textes gentillets à vous faire croire que des papillons sortent du pot d'échappement de votre Lada. Son album comporte toutefois plusieurs morceaux dignes d'attention, tels "Come home", le très beau "Silence makes him sick" et le célèbre "Got none", que vous n'avez pas fini de fredonner sous la douche.

Classe : "Silence makes him sick"

Crasse : "More more"

Super cadeau :

  • "Got none" à Taratata. L'homme à la casquette propose une prestation posée et plutôt mignonne.

Commenter cet article