10 signes… Qu'il s'agit d'un groupe (ou artiste) culte.

Publié le par Alex la Baronne

"M'enfin, c'est culte ça !". Même les arguments creux laissent parfois coi. Alors, culte ou pas culte ? 10 signes qui ne trompent pas et qui devraient vous éviter quelques gaffes en société "initiée"…

  1. La réputation du groupe culte croît avec les ans

Qu'il ait végété toute sa carrière dans un injuste anonymat ou tutoyé les sommets de la gloire, le groupe culte voit sa légende se construire année après année, génération après génération. Ses titres ne vieillissent pas et il échappe à la ringardise avec une grâce quasi féline. Il n'y a guère que les morveux de moins de 14 ans pour taxer un groupe culte de "has been". 

Exemples : Beatles, Stones, Velvet Underground, Pixies…

 

  1. Des histoires bizarres circulent sur le groupe culte

Paul-McCa.jpg
Sans nécessairement s'être créé une imagerie obscure, le groupe culte bénéficie d'une aura mystérieuse, née de la passion déraisonnée de quelques fans. Chaque chanson est prétexte à un dépiautage en règle, avec une interprétation pas toujours des plus pertinentes. Quant aux membres du groupe culte, ils ont souvent rencontré Bouddha ou le comte de St Germain dans une lamaserie tibétaine. 

Exemple : la mort accidentelle de Paul Mc Carteney, les messages subliminaux planqués dans "Stairway to heaven", les messages codés de Radiohead… 

 

  1. Environ 100000 personnes ont assisté au premier concert du groupe culte 

A croire que d'illustres inconnus ont rempli le Stade de France les doigts dans le nez. Car évidemment, la découverte flatte toujours ses auteurs, quitte à broder un peu. Et comme la crédibilité augmente proportionnellement à l'écoulement du temps… 

Exemple : Arcade Fire ("No Cars Go" aux Eurockéennes 2007)

 

  

  1. Le groupe culte a inventé quelque chose


Pas évident de dire toujours précisément quoi. Cependant, il y a toujours un avant et un après groupe culte. Cette rupture permet à plein de gens snobs de se la péter lors d'un dîner mondain en qualifiant le groupe culte de "séminal".

Exemple : "Ah, le Velvet Underground… Séminal et vénéneux à la fois.", "les Pixies sont vraiment les parrains de la scène grunge".

 

  1. Le groupe culte a inspiré des groupes… moins cultes 

Voir même des groupes dits "de merde". Attention, toutefois. Certains groupes "moins cultes" savent admirablement jouer de leurs influences, ce qui les rend à la fois attachants et oubliables. 

Exemple : The Cure et Indochine. Les plus vachards associeront Joy Division et The Cure.
 

  1. Un groupe tout pourri a massacré un tube culte


A écrire de trop bonnes chansons, on fait des envieux. Triste constat : tout le monde ne peut pas combiner talent et ambition.  Alors, là où certains créent, d'autres détournent, en y ajoutant une touche personnelle dispensable.  

Exemples (attention, section minée) : "Behind blue eyes" des Who par Limp Bizkit, "Love will tear us apart" de Joy Division par Fall out Boy, "Instant karma" de John Lennon par U2, "Creep" de Radiohead par Korn.

 


  1. Les tubes cultes échouent souvent dans des endroits peu fréquentables. 

En générique de fin d'un bon nanar, en illustration sonore d'aisselles voltigeant sous la protection d'un déodorant efficace 48 heures… Les tubes cultes subissent d'odieux détournements. A se demander parfois à quoi servent leurs auteurs.
 

Exemples : "I'm not like everybody else" des Kinks version IBM, "Revolution" des Beatles pour Orange…

 

  1. Le groupe culte a un petit nom 

MorrisseyOnGrass.jpg
Les fans du groupe culte forment un clan bercé par leurs idoles. Au point de souvent les affubler d'un petit nom tendre. Sinon, ça serait comme partager tous les moments forts de sa vie avec quelqu'un en continuant à le vouvoyer et l'appeler par son nom de famille. 

Exemples : le Floyd, le Moz, le Velvet, les Fab Four…

 

  1. Elimination des opposants 

L'irréprochable réputation musicale des groupes cultes entraîne une censure quasi dictatoriale. Des moyens particulièrement retors permettent un discrédit rapide des quelques rares opposants : mépris amusé, agressivité creuse, haussement d'épaule las. En bref, faire passer le contradicteur pour un con évite la remise en question et le débat constructif. 

Exemples : "De toute façon, t'as des goûts de merde", "A te voir, on se doute bien que tu comprends rien au Floyd", "Retourne écouter Linkin Park et laisse les grands parler", "Bowie a su évoluer, lui".


  1. Une histoire tragique permet d'accéder à la postérité.


A voir comment certains lisent leur journal, on se dit que la nécrologie devrait figurer en une. Alors, rien de tel qu'une bonne tragédie pour booster la légende, indépendamment d'une discographie géniale. Dommage que les principaux intéressés ne puissent pas toujours profiter de leur œuvre.

Exemples : Brian Jones, Keith Moon, Syd Barrett, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Kurt Cobain, Jeff Buckley…

Publié dans Bla Bla divers

Commenter cet article

Christophe 24/04/2008 13:59

Groupes cultes ou groupes références totales ?Pavement, Pixies, QOTSA, Nine Inch Nails, Velvet U, Joy Div... sont-ils cultes ou simplement (avant tout) des références, des pivots, des pierres angulaires ?Pour être culte, faut un culte aussi. Maintenant, combien de fans faut-il pour qu'un culte fasse le groupe culte ? je pense que c'est relatif : "Est culte toute démesure dans le culte rendu eu égard à la réalité de l'accueil par le public et la critique, jusqu'à rendre l'artiste mythique" (oh c'est beau ça, tiens, je le mets en gras pour la peine). L'un des critères est alors de citer l'artiste comme l'alpha et l'oméga des autres(cf 4° et 5° de la Baronne), de façon totalement démesurée. Mais, dans le même temps, les autres n'ont absolument rien compris à l'artiste culte, en sont des faux fils spirituels, ou ont usurpé la gloire qui aurait du revenir à l'artiste culte, qui de toute façon ne se serait jamais prêté à tout ce barnum du chobise, etc.Exemples :Pascal Comelade Lydia LunchMudhonney Sly StoneGérard Mansetetc.Alors que, sincèrement, ils peuvent rester culte parce que ce qu'ils ont fait, bon, d'accord, mais faut pas trop délirer : c'est somme toute assez moyen.Bon, il y a aussi les faux culte, qui ont eu un succès d'estime et une vraie street credibility, mais qui sincèrement ont tout fait pour jamais vraiment aligner de vrai tube ou de bons concerts. Souvent de bons gros glandouilleurs qui ont scié la branche qu'ils avaient dans le creux de la mainExemples :Jesus & Mary ChainPop Will eat itself Les BérusThe AnimalsEt pis y a aussi ces artistes cultes parce qu'ils ont réussi à créer un culte à cause d'un truc :- My Bloody Valentine et la suite jamais venue de Loveless- Dans le même genre mais pire, les artistes fous : Brian Wilson (qui sortira finalement Smile 37 ans après), Syd Barrett, Bono.- Prince qui a fait des albums qu'il n'a jamais sortis (Camille, Dream Factory, Crystal Ball (l'original de 87)...) ou qu'il a fait détruire dès la mise en rayon (The black album) : là, on parle aussi d'albums cultes.Ce qui me fait clore cet addendum à l'article de la Baronne qui, franchement, se suffisait largement à lui-même : les albums/morceaux cultes qui rejaillissent sur l'artiste.Wowee ZoweeThe revolution will be televisedThe Downward spiralOK ComputerCargo de nuitEt n'oublions pas quand même deux des plus grands groupes cultes :The Cult et Blue Oyster Cultkee 

Alex la Baronne 21/11/2007 09:01

Ah, cultissime, pour moi ça prend une dimension tout de suite beaucoup plus kitsch... Par exemple, la variété française des années 80 est cultissime...

Chtif 20/11/2007 21:31

... et encore t'as pas parlé du suffixe "issime", je crois : "cult-issime".

Alex la Baronne 03/10/2007 21:46

Oui, c'est vrai que je suis ravie de cette conversation qui est vraiment très intéressante tant chacun se fait son idée de l'adjectif culte !C'est vrai que certains groupes n'ont pas besoin d'une tragédie pour devenir cultes, mais que la tragédie peut aussi largement y aider...

arbobo 03/10/2007 17:12

joli sujet pour mettre tout le monde... pas d'accord ;-pà la liste quasi exhaustive j'ajouterais que le groupe culte est1/ séparé pour toujoursmais2/ constamment en instance de reformation ou de sortir un nouvel album, selon des rumeurs venues de nulle partexemple type : My bloody Valentine.ou dans une moindre mesure le Velvet, les Stone roses, les Smiths, Led Zepla dernière condition, la tragédie, me parait plus correspondre aux légendes, plus souvent posthumes (Hendrix, jim Morrison). Car Love est devenu culte plusieurs années avant la mort d'Arthur Lee en 2006, et Syd Barret mort le même été vivait dans son pavillon pendant des décennies où ses albums avec PF étaient "cultes".Les vieux disques de Sly restent "culte" alors qu'il est bien portant et toujours aussi connard et se contente comme à l'époque d'apparaître 1/4 d'heure dans des concerts qui coute la peau des glaouis.Pour Pet sounds et Smile des Beach boys, on est à mi-chemin puisqu'on a longtemps cru que brian wilson serait incapable de retrouver le chemin des studios et encore moins de la scène (et pourtant...)enfin je dis ça, mais "culte" c'est surtout l'adjectif subjectif par excellence. idéal pour épicer une conversation qui ronronne ^^