Solutions du jeu !

Publié le par Alex la Baronne

Crassou et moi-même vous remercions tous pour vos gentils messages d'anniversaire !

(bon, j'arrête les phrases niaises)

Voici les solutions tant attendues du petit jeu. J'y ai également ajouté quelques petites vidéos, histoire de rendre la chose moins scolaire.

 

Ces deux là flanqueraient une frousse bleue à l'ourse Palouma – The Kills (A-3)

Facile : il suffit de les voir "Fried my little brains en live pour le comprendre.

 

 

Un disque de trop ??? – The Beatles. (B-4)

A propos du double album blanc. Un commentaire ironique, bien entendu.

 

Beuglez dans un mégaphone, prenez vous pour Beethoven – Muse (C-11)

C'est bien connu : Matt Bellamy a rarement donné dans la discrétion.

 

L'œil imbibé et le chapeau bancal- Kasabian (D-8)

OK, il y avait un gros piège avec Pete Doherty. Mais la première fois que j'ai vu Serge Pizzorno, il était saoul en couverture du NME. Ca mérite bien une version acoustique de "Me plus one".

 

 

Un chanteur fort en gueule – Art Brut (E-9)

Eddie Argos se tait rarement… Bang Bang Rock'n'roll le prouve !

 

Des sous Arctic Monkeys – Klaxons (F-1)

OK, j'ai poussé le vice jusqu'à enlever la fin de l'expression. Il s'agissait de sous Arctic Monkey bigarrés. Golden skans en live pour me rattraper.

 

 

Un truc aussi génial que crétin – Kaiser Chiefs (G-5).

Ils ne brillent pas par leur complexité mais "Everyday I love you less and less" n'en reste pas moins jubilatoire. Et cette vidéo pleine de ploucs n'est pas pour me déplaire…

 

 

Une merveilleuse saga humaniste – U2 (H-7)

C'était ironique, comme pour les Beatles. Mais moins avantageux.

 

Ca se fredonne de préférence accroché à un réverbère, les yeux saouls ouverts dans le vague – Babyshambles (I-10)

Essayez de chanter "Fuck Forever" autrement.

 

 

Meilleur groupe depuis les Arctic Monkeys – The Kooks (J-12)

Mais c'aurait pu être les Klaxons et inversement.

 

Jamais la perfide Albion n'aura autant mérité son surnom – Keane (K-2)

Fallait bien qu'ils nous envoient un cadeau empoisonné.

 

Un romantisme geignard à faire passer Thom Yorke pour un boute-en –train – Richard Ashcroft (L-6)

Ah, mais qu'il se taise l'animal !

 

Encore merci à tous pour votre participation !

Publié dans Bla Bla divers

Commenter cet article